Sara Diamond

femme
Date de naissance
1954
et lieu
New York , NY
États-Unis
New York US
Lives in
Vancouver , BC
Canada
British Columbia CA
Biographie

Vidéaste, productrice, administratrice des affaires culturelles, conservatrice, professeure, critique. Diplômée de la SFU et professeure à l’ECIAD (1985-1991), surnommée le « bébé à la couche rouge », elle est née à New York a grandi à Toronto, puis s’est installée à Vancouver en 1978, où elle est devenue une figure clé et une pionnière dans le domaine de l’art vidéo et de l’activisme. Faisant partie des cinq membres féministes du collectif Amelia Productions, Diamond a participé à ce qui fut probablement le premier enregistrement vidéo militant pour les lesbiennes au Canada, à savoir Lesbians Against the Right (1981, 45), un document de conférence dur mais passionnant. Bien que le thème principal de l’art vidéo de Diamond, au sein de cadres tels the Women’s Labour History Project, ne soit pas particulièrement celui des identités queer, il explore la généalogie personnelle de l’artiste, tout comme l’histoire des classes et du genre en C.-B., le tout entrant en relation avec le continuum homosocial/lesbien. Elle a occupé le poste influent de directrice artistique des arts visuels et médiatiques au Centre Banff en 1992, où son soutien légendaire apporté à la vidéo queer et à l’art médiatique interdisciplinaire ont fait de Banff une garnison culturelle queer en Alberta. Là-bas, Diamond a laissé sa marque sur toute une génération d’œuvres vidéo queer internationales et canadiennes, allant de la série sur les rapports sexuels sûrs militant contre le sida durant les années 90, aux enregistrements produits par une résidence, par exemple Dirty Laundry (1996), de Richard Fung, et Fast Trip Long Drop (1993), de l’américain Gregg Bordowitz. Diamond a reçu le prix Bell Canada en 1995 dans la catégorie « Art vidéo » et est devenue présidente de l’OCAD en 2005.