L’AutoCinéma queer au Québec : MediaQueer à l’Université Queen Mary de Londres (R.-U.)

  • Évènement

L’AutoCinéma queer au Québec : MediaQueer à l’Université Queen Mary de Londres (R.-U.)

jeu, 06/15/2017 - 18:30 - 21:00

MédiaQueer.ca et le Visual Cultures Forum de l’Université Queen Mary de Londres présentent:

L’AutoCinéma queer au Québec: des voutes de la révolution sexuelle à la pandémie du sida

À tout prendre (Claude Jutra, 1963, 99 min.) + Le Récit d’A (Esther Valiquette, 1990, 19 min.)

Jeudi 15 juin, 18h30

Hitchcock Cinema, salle G.19 (rez-de-chaussée), Bâtiment: Arts One Building, Queen Mary University of London, Mile End Road, Londres, E1 4NS.

Cette projection suivie d’un panel est une présentation de Médiaqueer, la Base de données des médias queer canadiens et québécois, en collaboration avec le Visual Cultures Forum de l’Université Queen Mary de Londres. Animée par Dr Anna Kemp, Conférencière en études françaises, la projection sera suivie d’un panel sur le cinéma queer canadien et québécois.

Conférenciers: Thomas Waugh (Université Concordia), José Arroyo (Université de Warwick), et Andy Bailey (candidat au doctorat, Université de Leeds)

À tout prendre – Claude Jutra, 1963, 99 minutes, noir et blanc | Cinémathèque québécoise (en français avec sous-titres anglais.)

Du réalisateur pionnier, Claude Jutra, nous vient À tout prendre, un récit « expérimental et semi-autobiographique qui raconte l'histoire de Claude, un jeune réalisateur issu d'un milieu privilégié, et de sa relation passionnée avec Johanne, une mannequin noire. Celle-ci en vient bientôt à deviner que Claude aime bien les garçons. Lors de leurs fréquentes promenades sur le Mont-Royal, un des célèbres lieux de cruising gay à Montréal, Claude fantasme que le couple se fait attaquer par un motard vêtu de cuir. Johanne tombe enceinte, Claude rompt avec elle, leur relation laissant place au narcissisme, au rejet et à l'amertume. » (T. Waugh) Mais avant ce dénouement, le réalisateur québécois le plus emplématique du 20e siècle emmène le spectateur dans les aléas de la contre-culture des années 1960, avec cette œuvre rarement présentée qui a gagné des prix aux festivals de Karlovy Vary et de Knokke-Le Zoute. Premier long-métrage canadien abordant une thématique explicitement gaie, À tout prendre est un chef-d’œuvre de la nouvelle vague, avec une appareance à-propos de François Truffaut. Nous vous présentons la version vintage, une gracieuseté de la Cinémathèque québécoise, sous-titrée en anglais par un ami de Jutra, le regretté et merveilleux poète et auteur-compositeur, Leonard Cohen.

http://www.mediaqueer.ca/film/tout-prendre

Le Récit d’A – Esther Valiquette, 1990, 20 minutes, couleur | Vidéographe, (en anglais avec sous-titres français.)

Sans doute le premier film au monde réalisé par une femme séropositive, cet essai vidéo à la fois autobiographique et expérimental, mêlant animation et images crées à partir d’équipements et de senseurs médicaux, d’un désert métaphorique, de nus bellâtres et des pilules à n’en plus finir, Le Récit d’A offre une réflexion sensible sur la maladie et la dégénérescence. Le jeu de mot dans le titre (Récit d’A / Ré- SIDA) fait subtilement référence à la lutte personnelle de Valiquette avec le virus (elle meurt quatre ans plus tard, en 1994) et celle d’Andrew Small, qu’elle interview à San Francisco et dont la voix traverse le film.

http://www.mediaqueer.ca/film/le-recit-da

Cette projection est rendue possible grâce au généreux soutien du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, de la Chaire de recherche de l’Université Concordia et du Visual Cultures Forum de l’Université Queen Mary de Londres.