Frank’s Cock

1993
8.0'
CA
Director: 
Issues & Themes: 
Identity: 
Genre: 
Mode: 
Synopsis

Dans Frank’s Cock, l’acteur Callum Rennie joue le rôle d’un homme partageant ses souvenirs d’un amant perdu au sida. L’écran est divisé en cadrants, une technique visuelle qui permet au spectateur de naviguer à travers le témoignage du narrateur. Le monologue de Rennie est présenté dans le cadrant droit supérieur alors que les autres espaces mettent de l’avant des images de pornographie gaie, de films médicaux et d’œuvres d’art. Dans la préface de son livre rétrospectif sur l’œuvre d’Hoolboom, Jack Rusholme affirme que cette fragmentation est représentative des effets du sida qui fragmente le corps en plusieurs angles (1), alors que la narration a pour but de « témoigner de ce que la maladie rendra inerte» (1).

Acclamé à l’échelle nationale et internationale, le film gagna plueisuers prix dont un Golden Leopard lors du Festival international du film de Locarno en Suisse. Thomas Waugh place Frank’s Cock dans l’ensemble du « grand triptyque du sida » (2) avec ses deux autres films Letters from Home (1996) et Positiv(1997).

(1)Rusholme, Jack (1994). How to Die: The Films of Mike Hoolboom. Experimenta.org (Experimenta Media Arts). Archivé de l’original le 20 août 2012.

(2) Waugh, Thomas (2002). Mike Hoolboom and the Second Generation of AIDS Films in Canada. Dans Beard, William; White, Jerry "North of Everything : English-Canadian Cinema since 1980". Edmonton: University of Alberta Press. pp. 416–429.

Major prizes
Best Canadian Short Film, Toronto International Festival, 1994
Golden Leopard, Locarno Film Festival, 1994
Best Dramatic Film, Ann Arbor Film Festival, 1994
Best Gay/Lesbian Film, Albany International Festival, 1995
Award, Interfilm Festival, Berlin, 1995
Second Prize Experimental, Big Muddy Festival, 1995
Honorable Mention, University of Oregon Queer Film Fest, 1994