Breeden

2014
20.0'
CA
Synopsis

Ce documentaire expérimental est un hommage au vidéographe américain “Breeden”, un artiste possiblement fictif qui réalise des films indépendants et de la pornographie hardcore. Puisqu'il ne présente jamais son personnage titulaire, le film de Chevalier, avec son assemblage d'acteurs récitant des phrases du film Shortbus du réalisateur John Cameron Mitchell (2006, 101 minutes, USA), est décrit comme un anti-portrait: «(Breeden) est une figure et une présence, il est caché derrière la caméra ou bien il est interprété par procuration par des acteurs amateurs» explique l’artiste. Composé de matériel réappropriée et de reconstitutions scriptées, Breeden questionne «la représentation queer, l’anonymat, la biographie et l’originalité». Mais le film est aussi une représentation sensible et inquiétante des rencontres sexuels gay négociés à travers les échanges en ligne, la pornographie et les chambres d’hôtel. Présenté internationalement depuis sa projection  dans le cadre de Your Nostalgia is Killing Me! (QAGoMA de Brisbane, 2014), Breeden offre une nouvelle perspective à l'oeuvre antérieure de Chevalier, comme PWIF’d, une œuvre non-filmique qui répertorie, en utilisant Tumblr et Google Street View, les endroits où l’artiste a baisé (Places Where I’ve Fucked) ou sa vidéo de performance conceptuellement excentrique Cover (2010, 5 minutes).