Wayne Yung

Réalisateur, Writer, Commissaire, Video maker
Date de naissance
1971
et lieu
Edmonton , AB
Canada
Alberta CA
Lives in
Vancouver , BC
Canada
British Columbia CA
Biographie

Vidéaste, écrivain et conservateur. Né à Edmonton, transplanté à Vancouver en 1994 et maintenant basé en Allemagne, Yung – un artiste prolifique – fut la voix queer vidéo la plus captivante de sa génération de la côte ouest. La bonne douzaine de vidéos qu’il réalisa depuis 1994 eurent tendance à examiner les intersections entre les identités asiatiques et queer, envahissant l’écran de strates, de paroles, de broderie visuelle et d’intertextualité fort complexes. En 1998, il réalisa trois leçons dans le contexte d’un cours extravagant intitulé The Queen’s Cantonese Conversational Course, dans lequel des hôtesses mielleuses abordent des concepts de base sur la grammaire, la culture et le vocabulaire chinois à travers des illustrations humoristiques de la vie gaie vancouvéroise : les façons de dire « au revoir » sont présentées lors d’une scène hystérique au sauna où un personnage délaissé hurle « Va-t’en, salope! » alors que les sous-titres traduisent ses dires avec fidélité. La disponibilité bilingue de ces jeux linguistiques – en anglais et en français – est en soi un commentaire pertinent sur le bilinguisme au sein d’une société postcoloniale et multiculturelle. Dans plusieurs autres vidéos, Yung joue lui-même le rôle du performeur tel que dans Field Guide to Western Wildflowers (2000, 6), où il embrasse plus de soixante hommes à travers une série de vignettes achalandées représentant chacune une fleur alors que des voix hors-champ se remémorent leur « premier baiser asiatique. » Dans d’autres œuvres, dont Peter Fucking Wayne Fucking Peter (1994) et Davie Street Blues (1999), cette réflexion de soi amène un sentiment plus apparent de vulnérabilité, de passion et de désir. Yung est l’un des artistes canadiens queer les plus en vue sur la scène internationale des festivals queer et diasporiques.