Paul Wong

Video maker, Multimédia, Performance
male
NE(E)
1955
Lives in
Vancouver , BC
Canada
British Columbia CA
Biographie

Vidéaste, artiste interdisciplinaire, artiste de performance, conservateur et militant contre la censure. Jadis connu comme le « Warhol sino-canadien », ce prolifique pionnier vidéo de Vancouver, membre fondateur de Video In, juxtaposa les identités queer et asiatiques avec les politiques culturelles de la côte ouest et la scène internationale du grand art conceptuel comme nulle autre personne pendant près de trois décennies. Sa vidéo 60 Unit Bruise fut réalisée en 1976 en collaboration avec son partenaire artistique et ancien « copain » Ken Fletcher (1954-1978) et met de l’avant une performance vidéo minimaliste où une injection du sang du blond et pâle Fletcher diffuse sa couleur à travers le dos de Wong. Suite au suicide de Fletcher, Wong continua son engagement avec la performance et l’art corporel : In tens sity (1979) est une vidéo de 23 minutes compilée à partir d’une documentation de cinq heures de sa performance à la Vancouver Art Gallery où il s’enferma dans une cellule capitonnée et « tenta d’infiltrer les pensées [de Fletcher] » (Milroy 2002), une œuvre élégiaque choquante de gestuelle improvisée.

S’identifiant alors comme bisexuel, Wong développa un intérêt marqué pour les identités et les modes de vies sexuels. Son installation vidéo Confused: Sexual Views (1984) – une compilation de neufs heures où vingt-sept personnes « papotent » sur la sexualité – devait inaugurer le nouvel espace vidéo de la VAG, mais devint plutôt le scandale de censure le plus célébré de la décennie lorsque l’institution affirma que l’œuvre n’avait aucun mérite artistique et en annula la diffusion à la dernière minute. L’épisode galvanisa la communauté artistique à travers le pays, où d’autres luttes contre la censure se jouaient également alors que le climat général au Canada se faisait plus conservateur. L’artiste tenace et courageux s’adressa aux tribunaux et fut débouté par la justice, mais finit par gagner la guerre; il reçut le Prix Bell Canada d'art vidéographique en 1992, eu une rétrospective au Musée des beaux-arts du Canada en 1995 (On Becoming a Man) ainsi qu’une exposition de revendication à la VAG en 2002. Marqué par le conflit entourant Confused, Wong continua d’avoir un intérêt marqué pour l’identité sexuelle tout en explorant davantage l’art et les politiques canado-asiatiques et fut chargé de la programmation de l’exposition itinérante controversée Yellow Peril – un amalgame de photographie, de vidéo et de cinéma canado-asiatique – en 1990-1991. Les problématiques raciales et sexuelles sont abordées dans So Are You (1995, 28), qui reprit par la même occasion l’intérêt de Confused pour le parler et le partage d’histoires, ainsi que dans Refugee Class of 2000 (2000), une série de publicités télévisées antiracistes qui aborda également les problématiques combinées du sexisme et de l’homophobie présentes dans l’atmosphère discursive entourant l’immigration en Colombie-Britannique. Les années 1990 témoignèrent également du militantisme anti-sida de Wong dans Blending Milk & Water—Sex in the New World (1996, 28), une compilation documentaire intégrant les opinions d’individus sino-canadiens aux sexualités diverses sur le sida et la sexualité.

La description de Wong des contributeurs de Yellow Peril peut facilement être appliquée à sa propre personne :

« En fin de compte, ils sont les courageux survivants d’une génération qui a dû lutter. C’est peut-être cette fougue au cœur même de la création artistique qui attire les soi-disant marginaux et désemparés. C’est ces âmes errantes en quête de quelque chose qui sont souvent derrière les témoignages les plus brillants et les plus pertinents de notre génération. » (1990, 12).