Michel Tremblay

Dramaturge, Scénariste, Romancier
male
Date de naissance
1942
et lieu
Montreal , QC
Canada
Quebec CA
Lives in
Montreal , QC
Canada
Quebec CA
Biographie

Dramaturge, romancier et scénariste. Cinéphile invétéré, l’écrivain québécois vivant le plus célèbre – et sans doute son icône queer la plus célébrée – a toujours été amoureux du cinéma. Son téléfilm de romance gaie – Le cœur découvert (1986) – comporte une scène tournée dans son lieu de prédilection, soit le Festival des films du monde de Montréal. Les incursions cinématographiques de Tremblay – souvent réalisées en collaboration avec André Brassard (n. 1946), son metteur en scène habituel – sont malheureusement sporadiques. Leur collaboration donna naissance à un chef-d’œuvre époustouflant et rugueux; un véritable manifeste de désir queer inspiré de plusieurs œuvres théâtrales de l’auteur nommé Il était une fois dans l’Est (Once upon a Time in the East, 1973, réa. Brassard, scén. Tremblay, 100; voir chapitre 4). Ce témoignage révolutionnaire de la vie sur la Main est toujours aussi cruel, exaltant, retentissant et tendre qu’à son lancement trois décennies auparavant. Véritable pot-pourri de narratifs de plusieurs pièces de théâtre classiques – dont Hosanna et Les Belles-sœursIl était rassemble la mise en scène incroyable de Tremblay, l’élite du théâtre québécois ainsi qu’une panoplie de drag queens locales. Le magazine The Body Politic qualifia le film de froid, d’irritant, de cliché et d’irresponsable :        « Encore un long-métrage où les individus gais croulent sous le fardeau de l’existence qui n’aurait jamais dû être réalisé. » (juillet/août 1975). Cependant, la publication gaie nationale ne pouvait pas miser juste à chaque fois. Pré-queer – pour ne pas dire pré-gai – pour ce qui est de ses politiques sexuelles, Il était est possiblement à nouveau en vogue. En tête de liste dans la catégorie pitié-sortez-la-version-DVD. Les années 1980 connurent la sortie de Le Cœur découvert (The Heart Exposed, réa. Jean-Yves Laforce [Radio-Canada], Montréal, 1986, 107). Lors de sa première, j’ai trouvé que ce téléfilm mélodramatique inspiré d’un scénario de Tremblay portant sur une néo-famille gaie était un « tour de force remarquable ». À l’heure actuelle, l’œuvre donne même l’impression d’avoir été en avance sur son temps en raison de son exploration de la parentalité queer (plutôt que de contenter d’une seule scène risquée où parent et enfant sont dans la baignoire, le film en ajoute une autre!) Le dialogue brillant, les performances remarquables et le traitement conscient de l’espace urbain permirent au film – récipiendaire du prix du public du festival queer de San Francisco – de devenir l’un des joyaux des années 1980. Tremblay contribua également à d’autres collaborations cinématographiques qui tenaient plus du mélodrame genré que des politiques queer au sens propre. D’autres adaptations de ses scénarios – réalisées par des cinéastes sensibles aux réalités queer – comptaient souvent des personnages secondaires gais. Le long-métrage C’t’à ton tour Laura Cadieux (It’s Your Turn, Laura Cadieux, 1998), réalisé par Denise Filiatrault (qui joua le rôle de l’inoubliable serveuse lesbienne décidée dans Il était…), illustre parfaitement ce fait. Réalisé par Michel Moreau, le téléfilm Les trois Montréal de Michel Tremblay (The Three Montreals of Michel Tremblay, 1989) – qui jeta un regard sur le Plateau, la section queer de la Main et les rues bordées d’arbres d’Outremont – dressa un portrait cinématographique important de l’un des personnages les plus marquants de Tremblay, soit la tragique Duchesse de Langeais.