Michel Langlois

male
Date de naissance
1945
et lieu
Montreal
Canada
CA
Lives in
Montreal , QC
Canada
Quebec CA
Biographie

Réalisateur, scénariste et professeur. Bien que sa contribution au cinéma queer québécois ne fut pas particulièrement prolifique ou explicite, les films de Langlois resteront à jamais dans la mémoire collective. Ayant fait ses débuts comme coscénariste auprès de cinéastes de renom tels Jacques Leduc et Léa Pool, ses scénarios invoquaient parfois des nuances et des personnages queer; le rêve homosocial La femme de l’hôtel (1984, 89), de Pool, en est un bon exemple. Cependant, la majorité de ses réalisations explorent surtout des thématiques générales de vieillissement, de mortalité, de relations et de tourmente psychologique. Tel est le cas de son premier long-métrage Cap Tourmente (1993, 115), un portrait mélodramatique d’une famille à l’agonie en raison de ses secrets dans lequel un étranger mystérieux (joué par le séduisant Roy Dupuis) couche avec tout le monde – y compris le fils – dans une profusion de scènes nues.

Cependant, les contributions les plus importantes de Langlois au répertoire queer sont trois films non cinématographiques d’un esthétisme exquis. Le court-métrage lauréat Sortie 234 (Exit 234 1988, 25) présentait le narratif d’un triangle amoureux bisexuel en campagne. Lorsque j’ai programmé ce film à Toronto en 1989 – avec un scénariste et un jeune acteur tous deux inconnus à l’extérieur du Québec – je n’ai fait preuve d’aucune retenue : « Un narratif archétype complet qui ne pourrait pas être plus séduisant. James Dean fait finalement part à Robert Mitchum de son amour pour lui alors que Dorothy Malone s’allume une autre cigarette... Langlois est un réalisateur à surveiller et son œuvre est belle à en crever. » Sortie 234 demeure tout aussi foudroyant aujourd’hui qu’il l’était en 1989, et non seulement car il présentait Dupuis dans son premier rôle à l’écran (et son meilleur rôle gai) comme gars de campagne tourmenté par ses sentiments envers son meilleur ami, qui doit finalement prendre la sortie 234 vers la métropole. L’histoire d’amour fougueuse de Langlois est infusée d’extraits du Chant d’amour de Jean Genet et d’un dialogue digne de Casablanca.

Lettre à mon père (1992) était un essai autobiographique et poétique sur la sortie du placard de Langlois à l’intention de son père décédé. Le fil cassé (The Broken Thread, NFB, 2002, see R of T, ch. 6), quant à lui, poursuit cette lignée en offrant une réflexion touchante sur la généalogie et la continuité interrompue par l’auteur en étant un homme gay sans enfants. Langlois enseigne à l’Institut de l’image et du son de Montréal depuis 1996.