Margaret Moores

femme
NE(E)
1955
Biographie

Moores et Travassos – éduquées respectivement à l’OCAD et à York – sont d’anciennes partenaires de vie et collaboratrices artistiques qui furent célébrées à l’international pour leur rôle de pionnières au sein du milieu cinématographique queer et féministe indépendant de Toronto pendant plus de deux décennies. Impliqué dans les milieux activistes lesbiens et de nouvelle gauche dans les années 1970, le couple se tourna vers le film lesbien et la production vidéo après avoir organisé le Feminist Film Festival au Funnel en 1980. Elles débutèrent leur carrière en grand avec Labyris Rising (1980, 14), un satire humoristique de Scorpio Rising de Kenneth Anger où la Harley est remplacée par un vélo dix-vitesses, le rassemblement des Hells Angels troqué pour le Michigan Women’s Music Festival et où une chatte lesbienne est offerte en guise de vous-savez-quoi. Le film gagna une importance historique au fil des ans en tant que document de la fin des années 1970 dans le milieu lesbien de Toronto avec ses scènes de billard et de l’infâme Fly By Night Lounge. (Voir chapitre 5.) Leur travail était habituellement partagé avec Moores comme scénariste-réalisatrice et Travassos comme cinéaste-réalisatrice; leurs réalisations comprennent également des documentaires et des œuvres plus expérimentales et de nature comique. Parmi leurs réalisations produites dans les années 1980, j’affectionne particulièrement le classique Frankly, Shirley (1987), où une histoire d’un soir se métamorphose en romance à travers les espaces publics curieusement déserts de l’hiver torontois et se dissipe dès que Jane et Wendy commencent à se parler. Le film en choqua plus d’un par le fait qu’il fut l’une des premières œuvres à concevoir le sexe en public comme un fantasme et une réalité saphique. Un projet subséquent plus ambitieux – le très queer et kitsch Dog Days (1999, 40) – réexamina le fantasme utopique et rural du Michigan à travers un narratif de lesbiennes urbaines (jouées par la crème du monde cinématographique lesbien du Canada, de Shawna Dempsey à Deirdre Logue) découvrant leur relation à la terre et à un passé queer invisible. Les deux artistes commencèrent à travailler ensemble de moins en moins fréquemment au fils des ans, tel que démontré par les collaborations de Travassos avec Campbell et Greyson ainsi que son court-métrage Bianca Comes Out (2002, 9), une confession personnelle de l’artiste de son amour pour les romans-savon sous-titrée en portugais en hommage à sa grand-mère. Travassos enseigne la production médiatique à l’OCAD depuis 1999.