Denys Arcand

Réalisateur, Scénariste
male
Date de naissance
1941
et lieu
Deschambault , QC
Canada
Quebec CA
Lives in
Montreal , QC
Canada
Quebec CA
Biographie

Diplômé de l’Université de Montréal, Denys Arcand est l’un des réalisateurs québécois les plus populaires. Au début des années 1960, en tant que critique et documentariste, il affiche les phobies (xéno-, eroto-, homo-) de son époque, en appâtant, entre autre, les désirs de Claude Jutra. Deux décennies plus tard, <em>Le Déclin de l’empire américain (Decline of the American Empire)</em> (1986), permet à Arcand de se tailler une place à l’international.  Malgré le fait que plusieurs membres de la communauté homosexuelle aient trouvé le personnage de Claude (Yves Jacques) plutôt ridicule et retentissant de clichés (un historien de l’art qui rôde sur la montagne, urine du sang, est le meilleur ami des femmes, et cuisine bien), peu de gens ont pu renier ces qualités, surtout lorsque le personnage revient, assagi, dans le deuxième volet de la série <em>Les Invasions Barbares</em>  en 2003.  Lorsque qu’Arcand réalise <em>Jésus de Montréal</em> en 1989, Yves Jacques retour à l’écran en incarnant un avocat gay et malveillant. En 1993, Arcand réalise son film avec plus de nuances homosexuelles, <em>Love and Human Remains</em>, une adaptation de la pièce de Brendan Fraser. Pour ce premier film en anglais, Arcand ne réussit pas à rendre hommage à l’angoisse des paysages urbains hantés par un tueur en série et par le SIDA que Frasier avait si bien façonnés dans sa pièce. Insouciant des réalités du Canada anglais et de la communauté gay, Arcand effaçait les spécificités yuppies de l'écriture de Fraser ainsi que la tendresse qu’avait l’auteur pour ses personnages homosexuelles.