David Cronenberg

male
Date de naissance
1943
et lieu
Toronto , ON
Canada
Ontario CA
Lives in
Toronto , ON
Canada
Ontario CA
Biographie

Réalisateur. Le réalisateur hétérosexuel le plus prolifique et le plus célèbre du Canada anglais est un poète de la chair qui mène une révolte changeante, et un inventeur de cauchemars peuplés d’interfaces de corps et de machines. Loin de faire de Cronenberg un membre officiel du milieu queer, cette liste doit tout de même tenir compte de cet homophobe obsessif qui ne peut rester à l’écart, l’exportateur canadien d’images de perversité sexuelle et corporelle à l’échelle mondiale, subventionné par des fonds publics, que ce soit pour extraire et désinfecter les canons queer (p. ex. Naked Lunch [1991], M. Butterfly [1993]), ou pour mythifier le dégoût du queer (Dead Ringers [1988]), et désespérer l’existentialisme. Dès le début, Cronenberg est traumatisé par les fantasmes de pénétration du corps masculin par des parasites phalliques (Shivers (1975), des cassettes vidéo mutantes qui palpitent (Videodrome [1982]), ou par une langue/prise de courant errante (ExistenZ [1999]). Il résout les tensions en jonchant le paysage de personnes queer décédées, tel que l’a démontré Christine Ramsay (1) : les frères Mantle dans Dead Ringers (1988), Song Liling dans M. Butterfly(1993), Vaughan dans Crash, (1995), pour ne nommer que les plus célèbres et les plus récents.
(1) Ramsay, Christine. 1999. “Dead Queers: One Legacy of the Trope of ‘Mind Over Matter.’” Canadian Journal of Film Studies 8, no. 1 (spring): 45-62.